Presse & Médias

Revue de presse - Le futur du travail vu par les DRH dans la nouvelle réalité post COVID

Revue de presse - Le futur du travail vu par les DRH dans la nouvelle réalité post COVID

Confinement, télétravail imposé, équipes dispersées et fonctionnant à distance, fermeture de sites de production, mise en place de règles sanitaires et de distanciation sociale, la crise du Covid a impacté l’organisation du travail. Durablement ? Sur le pont depuis le début de cette crise, quel est la perception des DRH sur le futur du travail ? Le BCG et l’ANDRH révèlent lors d'un webconférence conjointe, les résultats d’une étude inédite réalisée auprès de 458 DRH français sur l’organisation du travail dans la nouvelle réalité post COVID. Retrouvez dans la revue de presse les intervention de l'ANDRH dans les médias.

bt_lefigaro.pngDans les entreprises, le respect des mesures sanitaires à l'épreuve du temps

Selon une enquête réalisée par l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) du 26 mars au 6 avril auprès de 550 de ses adhérents, «91% des organisations ont procédé à des contrôles de la distanciation sociale et du respect des gestes barrières», «82% ont pu fournir du matériel d’hygiène et de protection (masques, gels hydroalcooliques, vitres de protection etc.)», et «77% des organisations ont intensifié le nettoyage et la désinfection de leurs locaux». Mais à mesure que la propagation du virus faiblit en France, le relâchement se fait sentir ici et là dans les bureaux.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

Actualités Paris Bts - Magazine Stratégies rejoint MediaSchool L’espace de travail post-covid ne sera plus le même

En avril 2020, 95% des entreprises françaises ont eu recours au télétravail pour les salarié.e.s éligibles, selon une étude de l’ANDRH. Un pourcentage marquant dû à la crise sanitaire que traverse le monde. En conséquence, des millions de salariés en France, et bien plus à travers le monde, ont vu leurs habitudes profondément bouleversées. Sans nul doute, cette nouvelle décennie sera empreinte de changements majeurs sans retour en arrière possible.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

bt_acturh.pngRH : et maintenant on change quoi ?

Stimulé par la crise sanitaire, ce mode de travail devrait s’imposer durablement dans les entreprises. "Un retour en arrière semble peu envisageable. On est passé sur l’autre rive", résumait ainsi Audrey Richard, la présidente de l’ANDRH, le 19 juin, à l’occasion de la présentation de l’enquête réalisée par l’association, en partenariat avec le Boston consulting group.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

BT_Europe1.png> Intervention de Laurence BRETON KUENY, vice présidente de l'ANDRH (1h12)

B Smart - Home | Facebook > Intervention de Benoit SERRE, Vice-président délégué de l'ANDRH (30'01)


https://www.lopinion.fr/sites/nb.com/themes/nb3/img/lopinion.jpg Benoît Serre: «Il faut associer le salarié à la réussite de l'entreprise pour sortir de la crise»

Les directeurs des ressources humaines ont été à la manœuvre partout: réorganisation de l'entreprise, gestion du télétravail, du chômage partiel ... La première phase du confinement a représenté un travail colossal qui a été effectué parfois en seulement quarante-huit heures. Ensuite, il a fallu poursuivre le dialogue social. En fin de compte, les DRH étaient au coeur de leur métier. On a redécouvert que leur rôle n'était pas seulement de recruter, de licencier ou de dialoguer avec les syndicats. Mais avant tout de faire vivre humainement les entreprises, quelles que soient les circonstances et les contraintes. C'est un poste multiple, mal appréhendé. Avant la crise, on me demandait beaucoup si les directeurs des ressources humaines étaient voués à disparaître.

RTL.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice-président délégué de l'ANDRH (13'55)

bt_AFP.pngTélétravail: les DRH plébiscitent le recours modéré au télétravail 

Huit DRH sur dix aimerait voir pérennisé le travail à distance, qui a connu un essor fulgurant avec la crise sanitaire, même si "plébiscitent un modèle hybride mêlant présentiel et télétravail", selon un sondage réalisé par l' ANDRH et BCG publié vendredi .

"Le confinement à un fait bouger les lignes" en terme d'organisation du travail, à Vinciane Beauchene, directrice associée au cabinet de conseil BCG, lors d'une visioconférence présentant les résultats de ce sondage réalisé en partenariat avec l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) du 2 au 17 juin.

Sur les 458 DRH français ayant répondu (plutôt 300 pour certaines questions), plus de la moitié travaillent dans les entreprises de plus de 300 salariés. En matière de télétravail, "on est passé sur l'autre rive et on ne pourra pas revenir en arrière", a estimé Audrey Richard, présidente de l' ANDRH.

NewstankRH.png93 % des DRH estiment que le télétravail va bouleverser les pratiques managériales (ANDRH, BCG)

• Avec le confinement,  84 % des entreprises ont développé le télétravail pour plus de 25 % de leurs salariés (8 % avant le confinement) ; 

• 85 % des DRH considèrent comme souhaitable le développement du télétravail de façon pérenne au sein de leur entreprise ;

« La crise sanitaire n’a pas créé de nouvelles tendances mais les a accélérées. Un retour en arrière du télétravail semble peu envisageable. L’accompagnement des organisations, des managers ainsi que des collaborateurs est également primordial dans un contexte de transformations. Les impacts humains, organisationnels et économiques appellent à continuer de renforcer le dialogue social », déclare Audrey Richard, présidente de l’ANDRH. 

bt_lefigaro.pngLes DRH plébiscitent le recours modéré au télétravail

Sur les 458 DRH français ayant répondu (plutôt 300 pour certaines questions), plus de la moitié travaillent dans des entreprises de plus de 300 salariés. En matière de télétravail, «on est passé sur l'autre rive et on ne pourra pas revenir en arrière», a estimé Audrey Richard, présidente de l'ANDRH. Selon le sondage, 85% des DRH interrogés jugent souhaitable le développement pérenne du télétravail dans leur entreprise. Toutefois, ils ne plébiscitent pas le télétravail à 100%, qui a été expérimenté de manière contrainte par de nombreux salariés lors du confinement et est une source de risques psychosociaux.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

7.pngTélétravail: les DRH plébiscitent le recours modéré au télétravail

En matière de télétravail, "on est passé sur l'autre rive et on ne pourra pas revenir en arrière", a estimé Audrey Richard, présidente de l'ANDRH.

"Il ne faudrait pas qu'apparaisse une nouvelle fracture entre les cols bleus et les cols blancs", met en garde Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH, qui souligne le "besoin d'équité et de cohérence dans l'entreprise".

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

bt_lesechos.pngLes DRH plébiscitent le recours modéré au télétravail

En matière de télétravail , " on est passé sur l ' autre rive et on ne pourra pas revenir en arrière " , a estimé Audrey Richard , présidente de l ' ANDRH. Vers un modèle hybride Selon le sondage , 85%% des DRH interrogés jugent souhaitable le développement pérenne du télétravail dans leur entreprise . Toutefois , ils ne plébiscitent pas le télétravail à 100%% , qui a été expérimenté de manière contrainte par de nombreux salariés lors du confinement et est une source de risques psychosociaux. Une majorité d ' entre eux préfère au contraire un " modèle hybride " . Ainsi , " 60%% envisagent d ' avoir plus d ' un quart de leurs salariés en télétravail avec une moyenne de 2 jours par semaine " , soulignent les auteurs du sondage. " Seules 10%% des entreprises envisagent un modèle où plus de 75%% des salariés travailleraient plus d ' un jour par semaine en télétravail " , précisent-ils. 

bt_francinfos.png> Intervention d'Audrey RICHARD, Présidente nationale de l'ANDRH 

Fichier:BFM Business logo 2016.svg — Wikipédia > Intervention de Laurence BRETON KUENY - Assouplissement du protocole sanitaire 

Copie de Boutons presse pour le site _43_.png> Intervention de Benoit SERRE, vice-président délégué de l'ANDRH 

bt_focusRH.png"Un retour en arrière du télétravail semble peu envisageable" 

« La crise sanitaire n’a pas créé de nouvelles tendances, mais elle les a accélérées. Un retour en arrière du télétravail semble peu envisageable » indique Audrey Richard, présidente national de l’ANDRH et DRH & Engagement des salariés du Groupe UP. Elle ajoute que « les sujets de société s’ajoutent aux autres enjeux des DRH telle que les inégalités sociales, les conditions de vie, la santé… Sujets de société qui doivent être portées par plusieurs acteurs pour répondre aux nouveaux besoins ».

Pou lire la suite de l'article cliquez ici.

Logo_challenges.pngTélétravail: les DRH (enfin?) prêts à accélérer le mouvement

82% des DRH envisagent notamment d'augmenter le nombre de postes éligibles à cette pratique pour l'heure surtout réservée aux cadres et franciliens. Plus de huit DRH sur dix jugent aussi que le développement du télétravail de manière pérenne est souhaitable. "C'est une victoire pour nous, se réjouit Audrey Richard, présidente de l'ANDRH. La crise a montré à certaines entreprises réfractaires que le télétravail fonctionnait. Le retour en arrière ne pourra pas s'opérer désormais." 

Pou lire la suite de l'article cliquez ici.

Résultat de recherche d'images pour  85 % des DRH jugent souhaitable le développement pérenne du télétravail dans leur entreprise (ANDRH)

"Le télétravail ne va pas de soi", confirme Audrey Richard, présidente de l’ANDRH. En effet, si les DRH sont favorables au développement du télétravail, sa généralisation implique des bouleversements. "En tant que DRH et ANDRH, nous avons été en première ligne durant la crise. Nous avons suivi les DRH, et voulu faire le point sur le travail durant cette période, et confirmer les ressentis que l’on avait et qui ressortaient de nos échanges avec d’autres DRH. Nous avons toujours porté le télétravail au sein de l’ANDRH. Aujourd’hui, il va tout de même falloir travailler sur des sujets liés à cette pratique comme le rythme, l’organisation du travail et le management", confie-t-elle.

5.pngLes DRH veulent installer durablement le télétravail 

Pour l’ANDRH, qui va tout prochainement être auditionnée par le Medef dans le cadre des consultations menées avec les partenaires sociaux sur la nécessité de négocier un nouvel ANI sur le télétravail, « un retour en arrière semble peu envisageable », estime sa présidente Audrey Richard. « Notre préférence porte clairement sur des négociations au plus proche du terrain à condition que celles-ci se déroulent dans un cadre juridique assoupli. Les DRH devront toutefois être attentifs au sentiment d’inéquité que peut susciter le déploiement du télétravail dans l’entreprise », avertit Benoit Serre, vice-président de l’ANDRH.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

Marie-Claire-Logo - Théâtre Montparnasse Télétravail : les DRH préconisent un "modèle hybride" pour faire perdurer la cohésion entre salariés

85% des directeurs des ressources humaines interrogés jugent souhaitable le développement pérenne du télétravail dans leur entreprise selon enquête de l’Association Nationale des DRH* rendue publique vendredi 19 juin 2020. Cette dernière aborde les divers pans de la mise en place du télétravail et de son développement au sein des entreprises. Elle s’inscrit dans le prolongement de différentes études menées par l’ANDRH sur le travail à distance.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

France Soir: Eviction à la russe Télétravail: les DRH plébiscitent le recours modéré au télétravail 

Huit DRH sur dix aimerait voir pérennisé le travail à distance, qui a connu un essor fulgurant avec la crise sanitaire, même si "plébiscitent un modèle hybride mêlant présentiel et télétravail", selon un sondage réalisé par l' ANDRH et BCG publié vendredi .

"Le confinement à un fait bouger les lignes" en terme d'organisation du travail, à Vinciane Beauchene, directrice associée au cabinet de conseil BCG, lors d'une visioconférence présentant les résultats de ce sondage réalisé en partenariat avec l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) du 2 au 17 juin.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

Fichier:L'Express - 2016.svg — Wikipédia Télétravail: les DRH plébiscitent le recours modéré au télétravail

Huit DRH interrogés sur dix identifient également des risques concernant le sentiment d'appartenance et la cohésion entre salariés en présentiel et salariés en télétravail. "Il ne faudrait pas qu'apparaisse une nouvelle fracture entre les cols bleus et les cols blancs", met en garde Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH, qui souligne le "besoin d'équité et de cohérence dans l'entreprise". 

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

Huit DRH interrogés sur dix identifient également des risques concernant le sentiment d'appartenance et la cohésion entre salariés en présentiel et salariés en télétravail. "Il ne faudrait pas qu'apparaisse une nouvelle fracture entre les cols bleus et les cols blancs", met en garde Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH, qui souligne le "besoin d'équité et de cohérence dans l'entreprise".

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.


Fichier:Logo RTL Info 2014.svg — Wikipédia Télétravail: les DRH plébiscitent le recours modéré au télétravail

Huit DRH interrogés sur dix identifient également des risques concernant le sentiment d'appartenance et la cohésion entre salariés en présentiel et salariés en télétravail. "Il ne faudrait pas qu'apparaisse une nouvelle fracture entre les cols bleus et les cols blancs", met en garde Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH, qui souligne le "besoin d'équité et de cohérence dans l'entreprise".

Le sondage pointe également le besoin de refonte des pratiques managériales (pour 93% des interrogés), le manager étant appelé à donner plus de sens au travail, à motiver et à fixer des objectifs clairs à ses équipes.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici



Huit DRH interrogés sur dix identifient également des risques concernant le sentiment d'appartenance et la cohésion entre salariés en présentiel et salariés en télétravail. "Il ne faudrait pas qu'apparaisse une nouvelle fracture entre les cols bleus et les cols blancs", met en garde Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH, qui souligne le "besoin d'équité et de cohérence dans l'entreprise".

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici. 


Pour la majorité des jeunes actifs, le télétravail est devenu un critère dans les recherches d'emploi (Cf étude ANDRH).

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici. 



Le télétravail pourrait se pérenniser au quotidien en France. Selon un sondage réalisé auprès de DRH, les entreprises y sont favorables, privilégiant cependant un modèle hybride alternant présentiel et travail à distance.

Huit DRH sur dix souhaitent voir pérennisé le travail à distance, qui a connu un essor fulgurant avec la crise sanitaire, même s’ils "plébiscitent un modèle hybride mêlant présentiel et télétravail", selon un sondage réalisé par l’ANDRH et BCG publié vendredi.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici. 


Selon une enquête réalisée par l’ANDRH en partenariat avec le Boston consulting group, les entreprises devraient jouer les prolongations sur le télétravail. Mais ce mode de travail doit aller de pair avec une évolution des pratiques managériales, de l’organisation du travail et aussi de la fonction RH.
La France vit-elle un tournant pour l’instauration du télétravail ? Tout porte à le croire à la lecture de l’enquête réalisée par l’ANDRH, en partenariat avec le BCG (Boston consulting group), et présentée vendredi. 85 % des 458 DRH, sondés entre le 2 et le 18 juin, considèrent "souhaitable" le développement pérenne de ce mode de travail dans leur entreprise.

"Un retour en arrière semble peu envisageable. On est passé sur l’autre rive", résume Audrey Richard, la présidente de l’ANDRH.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici

Copie de Boutons presse pour le site _49_.pngTélétravail: les DRH plébiscitent le recours modéré au télétravail

Huit DRH interrogés sur dix identifient également des risques concernant le sentiment d'appartenance et la cohésion entre salariés en présentiel et salariés en télétravail. "Il ne faudrait pas qu'apparaisse une nouvelle fracture entre les cols bleus et les cols blancs", met en garde Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH, qui souligne le "besoin d'équité et de cohérence dans l'entreprise".

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici. 

Huit DRH interrogés sur dix identifient également des risques concernant le sentiment d'appartenance et la cohésion entre salariés en présentiel et salariés en télétravail. "Il ne faudrait pas qu'apparaisse une nouvelle fracture entre les cols bleus et les cols blancs", met en garde Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH, qui souligne le "besoin d'équité et de cohérence dans l'entreprise".

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici. 


Si l'épisode du confinement a vu une sorte de génération et d'organisation spontanées de travail depuis le domicile, la poursuite ne se fera pas aussi simplement. Les DRH anticipent à 93 % que le passage en télétravail modifiera les pratiques managériales dans l'entreprise. Pour 88%, il faudra changer les politiques RH, 80 % l'organisation du travail au sein de l'entreprise et 78 % l'aménagement des espaces de travail. 

67 % des DRH pensent qu'il va falloir accompagner les collaborateurs et les managers dans cette grande transformation des manières de travailler. Pour 61 %, les DRH pensent qu'il faudra adapter les outils des salariés. Pour 44%, il faudra aussi que l'évolution du rôle du manager évolue. 

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici


En matière de télétravail, "on est passé sur l'autre rive et on ne pourra pas revenir en arrière", a estimé Audrey Richard, présidente de l'ANDRH.

Selon le sondage, 85% des DRH interrogés jugent souhaitable le développement pérenne du télétravail dans leur entreprise. Toutefois, ils ne plébiscitent pas le télétravail à 100%, qui a été expérimenté de manière contrainte par de nombreux salariés lors du confinement et est une source de risques psychosociaux.

Une majorité d'entre eux préfère au contraire un "modèle hybride". Ainsi, "60% envisagent d'avoir plus d'un quart de leurs salariés en télétravail avec une moyenne de 2 jours par semaine", soulignent les auteurs du sondage.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici


Huit DRH interrogés sur dix identifient également des risques concernant le sentiment d'appartenance et la cohésion entre salariés en présentiel et salariés en télétravail. "Il ne faudrait pas qu'apparaisse une nouvelle fracture entre les cols bleus et les cols blancs", met en garde Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH, qui souligne le "besoin d'équité et de cohérence dans l'entreprise".

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici


Selon le sondage, 85% des DRH interrogés jugent souhaitable le développement pérenne du télétravail dans leur entreprise. Toutefois, ils ne plébiscitent pas le télétravail à 100%, qui a été expérimenté de manière contrainte par de nombreux salariés lors du confinement et est une source de risques psychosociaux.

Une majorité d’entre eux préfère au contraire un “modèle hybride”. Ainsi, “60% envisagent d’avoir plus d’un quart de leurs salariés en télétravail avec une moyenne de 2 jours par semaine”, soulignent les auteurs du sondage.

“Seules 10% des entreprises envisagent un modèle où plus de 75% des salariés travailleraient plus d’un jour par semaine en télétravail”, précisent-ils.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici. 


Les DRH ont bien reçu le message concernant le télétravail, imposé depuis le confinement et apprécié par les salariés. 85 % des 458 dirigeants interrogés par l'ANDRH et le BCG, pensent que sa mise en place pérenne est souhaitable. Ils sont quasiment aussi nombreux à envisager d'augmenter le nombre de postes éligibles dans leur entreprise. Un moyen pour eux de répondre aux attentes des salariés (à 93 %), mais aussi d'augmenter leur productivité (64 %). Mais pas question de verser dans un enthousiasme aveugle : près de 9 DRH sur 10 sont conscients des risques (sur le sentiment d'appartenance à l'entreprise et la cohésion entre ceux qui peuvent y prétendre et les autres) et les défis du télétravail (évolution du rôle du manager et accroissement de l'autonomie des salariés).

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici. 

Partager cette publication :

Articles similaires :

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire